Lundi d'avril #4 | 27 avril 2020

Les semaines se suivent, les tableaux se ressemblent. Les animaux sauvages poursuivent leurs aventures loin de leur milieu d’origine, la végétation continue de s’épanouir librement et accentue la splendeur du printemps, la nature profite de ce répit pour se régénérer et reprendre son souffle. C’est un grand bol d’air pour la planète.

Et justement, cette ressource si précieuse, constamment malmenée par l’activité de l’Homme, tend à s’assainir de jours en jours. Les rejets de dioxyde d’azote, principal polluant émis par les voitures, ont baissé de moitié en France. À Marrakech, par exemple, le ralentissement de l’activité économique a entrainé une réduction importante des taux de pollution atmosphérique : -55% pour le NO2, -70% pour le monoxyde de carbone et -67% pour les particules en suspension.

Partout, le ciel n’a rarement été aussi bleu. La nuit, les étoiles sont plus scintillantes, et la lune plus brillante. Les horizons se dévoilent progressivement laissant apparaître les paysages lointains. La qualité de l’air s’améliore petit à petit.

Les nouvelles sont plutôt encourageantes pour le dérèglement climatique, à condition que des enseignements constructifs soient tirés. En effet, le climat a besoin d’une baisse soutenue et régulière des émissions de gaz à effet de serre, pas d’une année exceptionnelle. Ensemble, soyons acteurs du changement.